Mairie de Saint-Molf

Menu
repère Accueil > Pratique > Cadre de vie > L’imperméabilisation des sols

Environnement

L’imperméabilisation des sols

Depuis 1992, les zones urbaines ont plus que doublé, et chaque année, 12 millions d’hectares de sol sont perdus dans le monde : appauvris, stérilisés, pollués, recouverts de goudron et/ou de construction...

De quoi parle-t-on ?

Un sol imperméabilisé ne peut plus remplir ses fonctions naturelles : l’eau ne peut ni s’infiltrer, ni s’évaporer, le ruissellement (et surtout la vitesse de ruissellement) s’accentue, avec pour conséquence inondations, lessivages de terre, coulées de boue... 

Sol artificialisé ou imperméabilisé ?

Un sol est imperméabilisé lorsqu’il est recouvert d’un matériau imperméable à l’eau et l’air, tel que l’enrobé, l’asphalte ou le béton (routes, voies ferrées, parkings, constructions...) de manière irréversible. Un sol artificialisé (pelouse, gravillons, chantiers, chemin...) perd tout ou partie de ses fonctions écologiques mais pas de manière irréversible.

Le saviez-vous ?

Chaque année, en Europe, des sols représentant une superficie plus vaste que la ville de Berlin sont perdus en raison de l’expansion urbaine et de la construction d’infrastructures de transport. En France, l’état prépare de nouvelles mesures et normes en vue du Zéro Artificialisation Nette (ZAN) qui vise à ne plus utiliser de sol naturel ou agricole en vue d’urbanisation et de minéralisation.

Comment éviter le ruissellement de l’eau ?

Il est possible de mettre en place, une citerne de récupération des eaux de pluies avec un rejet du trop plein vers le réseau public. L’eau peut servir, avec la mise en place d’un réseau indépendant, pour les toilettes, le nettoyage des véhicules et l’entretien des espaces verts.
On peut aussi aménager des bandes vertes, plantées ou non en limite séparative ou entre les bandes de stationnement. Ces bandes peuvent être profilée comme des noues, d’une profondeur de 30cm sur une largeur minimale d’un mètre. Leur rôle est de ralentir l’écoulement des eaux de surface. L’exutoire doit être raccordé au réseau public. Des plantations de types saules nains, cornouillers ou encore des graminées*, dont l’entretien se résume à une coupe annuelle, peuvent y être plantées. Pour améliorer leur capacité d’infiltration, ces bandes peuvent être composées de 60% de grave 20/40.
Autre idée : réaliser un jardin de pluie. À ne pas confondre avec l’étang, le jardin d’eau ou la mare, le jardin de pluie est normalement sec, retenant l’eau brièvement après une précipitation. Aménagé sur une petite zone il est conçu de manière à capter l’eau de pluie surabondante qui s’écoule du toit d’une maison, d’une allée, d’un patio et autres surfaces imperméables. En plus de jouer le rôle d’entonnoir, il retient l’eau temporairement, le temps qu’elle s’infiltre dans le sol, de manière à la détourner des réseaux pour éviter les accumulations.

Comment lutter contre l’imperméabilisation ?
Peu fréquente mais très efficace, même sur les toitures en pente (max 30%), les bandes pré-végétalisées ont une excellente capacité de rétention hydraulique. Les toitures vertes rejettent nettement moins d’eau que les toitures traditionnelles lors d’averses intenses et la qualité des eaux rejetées est également meilleure. Ce sont également de nouveaux espaces de biodiversité.
En dehors du bâtiment, les espaces circulés ou les espaces de stationnement peuvent également être hiérarchisés et traités différemment. Pour les allées d’accès, on peut envisager une allée gravillonnée, avec ou sans bande centrale engazonnée, des revêtement type stabilisé renforcé ou macadam à l’ancienne (aspect béton) ou encore des revêtements granulats/résine (aspect enrobé). Pour les places d’usage fréquent on peut également mettre en œuvre :des dalles alvéolées gravillonnées, des pavés béton à joint creux gravillonnés, une bande centrale engazonnée ou empierrée avec du 20/40 (mélange terre(30%)/pierre+gazon). Pour les places occasionnelles, un simple mélange pierre/gazon convient parfaitement.

*Salix purpurea nana, H 1.00m maximum, L 1.50m, Cornus sanguinea H. 1.50 x1.50m, Carex, Phalaris, Pennisetum, Molina...

"Les sols assurent un très large éventail de fonctions écosystémiques essentielles. L’imperméabilisation des sols augmente le risque d’inondation et de pénurie d’eau, contribue au réchauffement de la planète, menace la diversité biologique…"
Commission européenne, Luxembourg : Office des publications de l’Union européenne, 2012

Saint-Molf en images

Les autres acteurs du territoire

Cap Atlantique Transport régional Département Loire-Atlantique Région des Pays de la Loire La Poste